Paiement dématérialisé, la tendance continue à s’accélérer

Dématérialisation des paiements, une nouvelle ère commence

Cette année, la carte bancaire atteindra ses 50 ans d’existence en France. Durant cette période, son utilisation s’est généralisée, aussi bien pour retirer de l’argent sur un distributeur ou payer ses emplettes dans un magasin. Même si la fraude continue à atteindre un niveau élevé, plus de 500 millions d’euros en 2015, la tendance est légèrement à la baisse.

Depuis quelque temps, le smartphone est aussi devenu un moyen de paiement en ligne ecommerce. Au début, l’acheteur était encore obligé d’indiquer le numéro de sa carte bancaire. Maintenant, le P2P (paiement de personne à personne) autorise un échange direct entre deux comptes. Outre la rapidité de la transaction, ce système se distingue aussi par l’absence d’une commission à payer pour les commerçants. En vue d’accélérer l’adoption de cette pratique, la BCE prévoit le lancement d’un service P2P à la fin de cette année.

Adopter une stratégie adéquate est devenu nécessaire

Conscient de cette évolution, les grands établissements financiers se positionnent sur ce créneau porteur. Par exemple, en juillet 2016, Mastercard a acquis VocaLink, une entreprise britannique proposant une plateforme de paiement instantané. Le montant des transactions s’élève à environ 700 millions de livre. Par ailleurs, étant donné que le transfert d’argent mobile commence à se généraliser, les opérateurs téléphoniques et les banques rivalisent d’adresse afin de séduire les consommateurs.

De leur côté, les acteurs de la vente en ligne sont confrontés à deux défis. D’abord, ils doivent assurer le référencement de leur site et proposer un design adapté à la consultation sur smartphone et les nouveaux standards du web. Ensuite, il faut instaurer un système de paiement fiable, aussi bien pour ceux qui continuent à payer avec leur carte bancaire que ceux qui utilisent déjà le paiement sans contact. Dans ce contexte, l’accompagnement d’un professionnel semble nécessaire.